Mieux-être

La dernière marche

J’ai l’impression d’être sur une marche, la plus haute marche, du plus haut escalier sur terre et que de l’autre côté de cet immense escalier eh ben… il n’y a que le vide. J’ai peur, mais on me répète sans cesse que pour vaincre la peur, il faut mettre de l’amour, donc c’est ce que je fais… J’en mets, vous ne pouvez pas savoir, de l’amour au pouce carré, il n’y a que ça ! Pourtant, je ne me sens pas plus amoureuse, j’ai juste l’impression que je cache ma peur sous une grosse tonne de maquillage parce qu’on me dit que la peur ce n’est pas sain.

Plus j’essaye d’éliminer la peur autour de moi, plus elle revient, donc j’ai décidé cette fois de la surprendre par-derrière. Cette fois, j’ai décidé que plutôt que de la combattre, j’irais en elle, voire le fond de sa pensée, m’imprégner d’elle, tout connaître d’elle. Je l’ai vu, dans sa plus grande vulnérabilité, sa plus grande authenticité, en fait, je me suis vu. Je me suis vu replié sur moi-même, écrasé sous le poids des jugements, des standards de la société, des espoirs des gens autour de moi, mais aussi sous le poids de mes rêves que je vois s’éloigner sans que je puisse faire quoi que ce soit pour les retenir.

marche

C’était angoissant d’être prise au milieu de toutes ces peurs, mais au bout d’un moment, on finit par les comprendre, par les accepter, on finit par voir qu’elles ont fait partie de nous. On finit par comprendre qu’il faut les laisser partir… Une peur ne doit pas se manifester pour nous empêcher d’accomplir quoi que ce soit. À la base elle est là pour nous sauver la vie et évidemment ça c’est si elle te permet de passer à l’action plutôt que de figer devant « le monstre». Les peurs apparaissent souvent dans deux situations : soit une chose complètement nouvelle, soit un pattern déjà bien ancré en toi qui te ramène toujours au même cycle. Dans les deux cas, il y a quelque chose à faire pour en venir à bout.

Je crois que j’ai finalement compris pourquoi on dit de mettre de l’amour lorsqu’on ressent la peur. C’est que l’une ne peut pas exister si l’on est complètement dédié à l’autre.   En effet, lors d’une situation complètement nouvelle, imprègne-toi d’amour en te disant que la vie met sur ton chemin une nouveauté, car tu es prête à passer à la prochaine étape. Aie confiance en toi et en ton cœur, il sait déjà ce qu’il a à faire ici… Lors d’un pattern, demande-toi pourquoi cette peur ? Essaie de revoir la situation dans son ensemble et demande-toi si tu es prête à en terminer avec ce cycle ou non. Voit la vie comme une infinie suite d’apprentissage. As-tu appris tous ce que tu pouvais et ce que tu devais apprendre pour passer à la prochaine étape de ta vie? Si ta réponse est : non, c’est peut-être la raison de ton éternel retour dans tes anciennes habitudes. Au contraire, peut-être te rassures-tu en revenant toujours à ce que tu connais par cœur? C’est ici que l’amour entre en jeu. Apprends à aimer tout de toi, apprends à tout accepter de toi et apprends qu’en laissant aller ce que tu as aimé et connu profondément, tu retrouveras toutes ces choses au seuil de ta prochaine marche.

Pour arriver en haut de l’escalier, tu dois monter les marches une à une, mais n’oublie jamais que celles que tu viens de passer ne disparaissent pas, elles soutiennent le reste de l’escalier pour que tu puisses continuer ta montée. Tu es soutenu dans tout et lorsque les peurs reviennent, regarde en bas, tu as su les entourer d’amour chaque fois, tu en es encore capable.

Je finirai sur une petite citation « Trust the process »

Xx

Vanessa

Laisser un commentaire